La numérisation 3D accélère et fiabilise la conception et la fabrication des Wave Boats de Sealver

Sealver Wave Boat
Sealver a doté ses Wave Boats de la série 575 et 626 d’une coque semi-rigide permettant d’embarquer respectivement 8 et 10 personnes.

  • Sealver exploite les technologies de réalité virtuelle à toutes les phases développement de ses bateaux baptisés Wave Boats qui épousent la forme du jet-ski qui les propulse.
  • La première étape de ce processus de conception des Wave Boats passe par la numérisation 3D des jets-skis par les spécialistes du Cetim Sud-Ouest.

La société française Sealver a inventé des bateaux dont la propulsion s’effectue par n’importe quel jet-ski. Son modèle WB 525 peut par exemple accueillir six personnes réparties entre l’embarcation et le jet-ski. Quelques secondes suffisent pour passer de l’escapade familiale à la navigation sportive tout en laissant à famille et amis la liberté de continuer à profiter de la tranquillité de l’embarcation puisque le bateau flotte parfaitement sans le jet.

Pour choisir le modèle idéal il suffit de faire un tour le show room virtuel de Sealver. A l’aide de lunettes 3D, déambulez sur le ponton et optez pour l’un des Wave Boats adapté au jet ski de votre choix. Vous visualisez alors l’embarcation telle qu’elle est en réalité sous 360°.

Cette plate-forme virtuelle est tout à fait représentative du bateau et de son jet ski. Cette représentation du réel a été possible grâce aux spécialistes en numérisation 3D et en Reverse-engineering du Cetim Sud-Ouest qui numérisent les divers modèles de jet-ski afin de concevoir un bateau qui en épousera exactement les formes.

A l’aide d’un Laser Scanner Faro, le Cetim Sud-Ouest relève au millimètre près la géométrie et chaque détail de la moto marine. Les quelques millions de points ainsi obtenus ne sont cependant pas immédiatement exploitables. Ils doivent ensuite être traités via des logiciels et des ressources informatiques appropriés. L’ensemble des scans sont recalés entre eux dans le même référentiel, nettoyés puis une triangulation du nuage de points est réalisée avant de redessiner les surfaces. Un fichier CAO 3D au format STEP (Standard for exchange of product model data) est ainsi obtenu.

Ce fichier sera exploité par Sealver pour concevoir ses bateaux. Grâce à ces modèles 3D, l’entreprise française va ainsi parfaitement adapter la coque de ses bateaux à un jet-ski spécifique et concevoir toutes les pièces d’interfaces et de fixation propres aux modèles de chaque constructeur. « Nos bateaux sont conçus dans l’environnement de réalité virtuelle, nous les faisons naviguer en leur appliquant diverses contraintes de vent, de vagues, d’équilibre, de charge, ou encore de répartition de poids des passagers. Toutes les composantes hydrodynamiques sont simulées jusqu’au sillage et au passage d’eau. Nous choisissons les matériaux et coloris des différentes surfaces pour offrir une visualisation d’ensemble, sous différents points de vue, très proche du réel », explique Patrick Bardon, PDG de l’entreprise.

En outre, à l’aide de la numérisation et la modélisation 3D, Sealver conçoit les moules et l’ensemble des outillages nécessaires à la fabrication de ses bateaux. Ce qui permet de prévenir tout aléas et de réduire les délais ainsi que les coûts de développement. Avec au final, une adéquation quasi parfaite entre les modèles virtuels et réels. « La vitesse de notre dernier bateau n’affichait qu’un écart de 0,08 nœuds avec celle de son modèle numérique », rapporte Patrick Bardon.

La réalité virtuelle permet également aux équipes de production de visualiser en amont le moule et les spécificités du prochain modèle de bateaux afin qu’elles puissent se préparer à sa fabrication et en optimiser le process. Lorsque la production démarre, elles ont déjà connaissance du produit. Les bateaux gagnant en complexité, les opérateurs peuvent ainsi vérifier via la réalité virtuelle l’emplacement ou la spécificité de montage de certains équipements.